Et dans quelques jours, ta naissance

Hello ! Je vous retrouve aujourd’hui pour un petit article très personnel : mon état d’esprit à l’approche du jour J, le jour de mon accouchement et surtout le jour de la naissance de mon Petit Chat. Allez, je vous dis tout, sans filtre, sur comment le futur Papa et moi-même envisageons ce jour !


A J-30, l’angoisse que tout ne soit pas prêt

Remontons d’abord un peu en arrière, de quelques semaines. Les dernières semaines ont été quelque peu stressantes pour moi. En effet, alors que nous avions prévu de tout préparer avant de partir en vacances fin août, nous avons eu des mésaventures pour repeindre la chambre de Bébé (ceux qui me suivent sur Instagram savent de quoi je parle :)). Bref, si bien qu’à l’entrée dans mon 9ème et dernier mois de grossesse, Petit Chat n’avait toujours pas de chambre, ni de lit, ni de table à langer… En gros, rien n’était prêt pour son arrivée qui pouvait potentiellement avoir lieu à n’importe quel moment. Je vous reparlerai de tout ça dans un prochain article dédié à la chambre de Bébé 🙂

Quoi qu’il en soit, ce fut des semaines angoissantes, les hormones n’aidant pas à calmer les larmes. J’ai tout de même pu préparer tranquillement ma valise de maternité, laver et repasser tous les vêtements de Bébé, mais sans pouvoir ranger, c’était difficile et je n’arrivais pas à me projeter suffisamment. Finalement, à J-15, nous sommes enfin prêts à accueillir notre petit bout dans les meilleures conditions possibles !

A J-15, nous sommes enfin prêts… et impatients !

Depuis ce week-end, la chambre de Bébé est donc prête. Et comment dire que nous avons plus que hâte que notre Petit Chat d’amour prenne place dans ce grand lit si vide pour le moment. Chaque jour nous rapproche un peu plus de cette rencontre tant attendue. Tous les soirs, le futur Papa et moi-même essayons de motiver Bébé à se décider 🙂 D’autant plus que le docteur nous a annoncé un « gros Bébé » ! Mes 1,57m et moi-même souhaiterions donc que Bébé arrête de profiter dans mon ventre et continue à bien grandir dans nos bras 🙂

Chaque jour depuis une semaine, je note chaque contraction. Nous commençons à espérer que ce soit enfin le moment lorsque les contractions se rapprochent peu à peu. Mais pour le moment, Bébé a l’air bien, au chaud dans mon ventre. Il continue à gigoter, à répondre aux sollicitations de Papa et à faire sa petite vie in-utero. Il sait bien qu’il est attendu par tout le monde, familles et amis, mais le coquin doit trouver drôle d’encore nous faire attendre. Soit, patientons encore. De toute façon, c’est toi qui décide, Petit Cœur.

La naissance attendue, oui, mais l’accouchement alors ?

Lorsque je discute avec mon entourage, une question revient sans cesse : « Tu n’as pas peur d’accoucher ? » Aussi étrange que cela puisse paraître pour une grande angoissée de la vie que je suis, la réponse est simple et évidente : non. Non, je ne redoute pas le jour de l’accouchement, ni la douleur. Plusieurs raisons me portent et me donnent cette force qui, je l’espère, ne me quittera pas avant d’avoir Petit Chat dans les bras.

L’haptonomie

Tout d’abord, la préparation à la naissance et à la parentalité. J’en ai déjà parlé dans mes articles sur l’haptonomie, mais cette méthode m’a vraiment donné confiance en moi, en mon Bébé et en notre équipe à 3 pour donner la vie. Le futur Papa est tellement impliqué et attentionné envers notre Bébé et moi-même que je ne peux que me reposer sur lui en sachant qu’il sera là pour nous soutenir.

La confiance

Cette même confiance me fait dire que tout ira bien. J’ai confiance en moi pour laisser mon corps faire comme il le doit. Je fais confiance aux sensations que je vais ressentir pour savoir quelles positions adopter, comment guider mon Bébé. Je fais aussi confiance à mon Petit Chat. Il sait comment naître. Il sera fort et fera tout pour trouver la lumière. Et je fais confiance au futur Papa pour être vraiment avec nous dans cette étape si importante de la construction de notre famille. Je sais qu’il fera son maximum pour soulager mes douleurs, pour me redonner confiance si je la perds un moment et pour me transmettre sa force pendant le travail.

L’équipe médicale

Enfin, je me dis simplement que je ne serai ni la première, ni la dernière femme à accoucher. J’ai une idée assez précise de l’accouchement que je voudrai vivre : sans péridurale, le plus naturellement possible, sans surmédicalisation, dans ma bulle avec mon Homme et mon Bébé. Mais je sais que tout peut ne pas se passer comme prévu. Je sais qu’il est possible que j’ai besoin d’une césarienne vue la taille de Bébé. Mais je sais aussi que je serai entourée d’une équipe de professionnels qui pratiquent des accouchements tous les jours. C’est leur job que tout se passe bien « médicalement parlant ». Je leur fais confiance pour ça.

Chacun son rôle et sa place

Mon job, celui du Papa et celui de Bébé, c’est que notre Petit Chat arrive dans ce nouveau monde avec le plus d’amour et de tendresse possible. Qu’on le rassure sur tout ce qu’il va découvrir en une fraction de seconde. Qu’on lui montre ô combien il est déjà aimé et attendu. Dans ces conditions, comment pourrai-je avoir peur d’accoucher ? J’ai au contraire bien trop hâte de vivre cette expérience. Malgré la douleur que je pourrai ressentir, je suis certaine que ce sera l’un des jours les plus forts de toute ma vie et qu’il marquera le début d’une toute nouvelle aventure.


Et vous, comment vous sentiez-vous à l’approche du jour J ? Aviez-vous des angoisses ou au contraire, étiez-vous confiants ?

Je vous embrasse, mes Wonder Patates !

Laissez un commentaire