Se préparer à l’accouchement avec l’haptonomie

Hello ! Je vous avais déjà parlé d’haptonomie il y a quelques temps sur le blog. Aujourd’hui, je reviens pour vous en dire plus sur la préparation et notre ressenti face à cette méthode. Nous en sommes environ à mi-parcours de la prépa et on aime toujours autant ! Je vous explique pourquoi.


Des séances autour de Bébé et de notre équipe à trois

L’haptonomie, c’est avant tout une histoire de rencontre. Une rencontre entre la maman, le papa et le Bébé. A chaque séance, on prend le temps de se dire bonjour tous les trois. On passe de longues minutes à ne rien faire d’autre que sentir, Papa et moi, Bébé gigoter sous la paume de nos mains. Le plus important dans l’haptonomie, pour moi, est vraiment la construction de cette relation entre nous trois, qui laisse toute sa place au papa mais aussi à Bébé. Finalement, la maman est, pour une fois dans sa grossesse, un peu à l’écart et ça fait du bien de voir que chacun trouve ainsi sa place dans la famille.

Nous apprenons aussi à former une vraie équipe à trois. Cette équipe, c’est notre bulle qu’il nous faudra tenter de garder le plus possible le jour J, et après d’ailleurs. Mais comment et pourquoi ?

Une bulle à trois pour vivre au mieux l’accouchement

Lors de la 4ème ou 5ème séance d’hapto, la sage-femme nous a proposé un exercice un peu particulier pour que le papa et moi comprenions l’importance de cette équipe, surtout lors de l’accouchement. Le papa et moi allongés chacun de notre côté sur un lit, elle nous a d’abord pincé l’intérieur de la cuisse, de manière à ce qu’on ressente une « douleur ». Puis, les yeux fermés et les mains posées sur Bébé, elle nous a invités à ressentir tout l’espace de la pièce, du haut jusqu’en bas et jusqu’à chaque mur. Puis à ressentir également les meubles, ainsi que les personnes présentes. Pour finir, elle nous a de nouveau pincés et, surprise, la « douleur » n’était plus du tout aussi forte.

Ensuite, nous avons recommencé cet exercice, à la différence que le futur papa était cette fois assis face à moi, nos quatre mains posées sur Bébé et nous trois connectés les uns aux autres. L’objectif était de garder notre bulle ensemble, en faisant abstraction de ce que la sage-femme pouvait faire ou nous dire. Nous l’écoutions, tout en étant connectés tous les trois. Et à un certain moment, elle m’a encore une fois pincée, plus longtemps que les deux premières fois. Et je n’ai senti que le contact de sa main, mais pas de douleur.

Cette séance a été un vrai déclic, tant pour le futur papa que pour moi. Elle nous a permis de comprendre l’importance du père lors de l’accouchement et son rôle. Il ne doit pas seulement être physiquement présent dans la pièce. Son contact et son soutien physique, moral et affectif sont essentiels pour la gestion de la douleur. De même, c’est en maintenant constamment un lien entre nous trois que nous arriverons tous les trois à vivre le plus sereinement possible l’accouchement. Sans l’haptonomie, je ne suis pas certaine qu’une prépa classique nous aurait permis de prendre conscience de cela.

Des séances relaxantes et apaisantes

Ce que j’aime particulièrement dans l’haptonomie, c’est également la sensation que je ressens lorsque nous faisons les séances, et en sortant des séances. Ce sont de vrais moments relaxants et apaisants. Tout est tellement fait dans la douceur, dans l’affectif et sans brusquerie que je me détends réellement à chaque séance. La sage-femme m’a expliqué lors de la dernière séance que l’accouchement déclenche une hormone appelée « ocytocine », ou hormone du plaisir. C’est elle qui permet de se relaxer et d’être dans un état de plénitude. Et en effet, j’ai plusieurs fois fait la remarque au futur papa que, si j’étais aussi détendue pendant mon accouchement que pendant les séances d’hapto, j’allais certainement adorer accoucher !

Se sentir rassurée et confiante pour l’avenir

Tout cela participe grandement à mon sentiment face à l’accouchement qui se rapproche à grand pas. Grâce à l’investissement sans faille du futur papa, qui prend son rôle à cœur, aux conseils de la sage-femme et à la préparation haptonomique, je me sens confiante face à l’accouchement. Je me fais confiance dans ma capacité à accoucher. Mais aussi à Bébé qui saura lui aussi comment naître. Je fais enfin confiance au papa qui nous accompagnera le mieux possible à sa façon.

Bref, la préparation par l’haptonomie est pour nous la prépa qu’il nous fallait. Celle qui correspond à ce que nous voulons pour notre fils et pour nous et qui nous permet d’envisager l’avenir sereinement.

A chaque fois que nous sortons du cabinet de la sage-femme, nous n’avons qu’une hâte : y retourner !


Avez-vous déjà testé l’haptonomie ? Qu’en avez-vous pensé ? Connaissez-vous d’autres méthodes de prépa à l’accouchement qui vous ont conquises ?

Je vous embrasse, mes Wonder Patates !

2 thoughts on “Se préparer à l’accouchement avec l’haptonomie

Laissez un commentaire