Moi, 22 ans, camée des amitiés perdues

On croit avoir fait une croix sur quelqu’un et finalement, on en est loin. J’en ai encore fait l’expérience cette semaine.

Tout commence par une grande et belle amitié. En général, il s’agit d’une amitié développée pendant l’adolescence, voire l’enfance, une de celles pour lesquelles tu te dis, te répètes et promets qu’elle durera toute la vie. Tu imagines celle avec qui tu passes les meilleurs moments de tes semaines comme témoin de ton mariage ou marraine de tes enfants. Tu n’imagines pas une photo sans elle en arrière-plan. Tu imagines tes vacances à la mer avec elle, une ribambelle de marmots et des mojitos à la main. Bref, ta vie est inconcevable sans elle.

Et puis, les années passent. Un, deux, trois ans… Tu perds le fil. Chacune change. L’une avance dans ce qui vous réunissez, laissant l’autre où elle était et où elle est toujours. Tes si beaux souvenirs deviennent des images poussiéreuses, si bien que tu te demandes parfois s’ils ont vraiment existé. Où sont passées les belles promesses, les surnoms plein d’amour, les fous rires que seules nous pouvions comprendre ? Et puis, tu oublies, tu passes à autre chose. Tu te fais de nouveaux amis, en sachant cependant que c’est avec elle que tu as partagé tes premiers chagrins, tes premières amours. La vie file, le temps file et puis chacun fait son chemin.

Et puis, il y a ce jour où tu la recroises. Un peu par hasard ou un peu en provoquant le destin. Cette fois, je ne m’y attendais pas. Quand je suis entrée dans la pièce et que je l’ai aperçue, tous les souvenirs m’ont submergée et je me suis cramponnée tant bien que mal à la barre. D’autant plus quand tu revois la dite personne exactement là où tu as tes plus beaux souvenirs avec elle. Et puis, elle ne te jette pas un regard, comme si tes souvenirs étaient réellement un mirage. Comme si rien ne s’était passé. Comme si nous étions des étrangères…

Et puis, tu recommences à espérer. Et si je lui envoyais un message ? Un signe ? Et si tout pouvait redevenir « comme avant » ? Mais « avant quoi », exactement ? Je n’en sais fichtrement rien…

A chaque nouvelle amitié perdue, je me retrouve inlassablement dans la même situation. Je m’accroche, j’ose encore y croire. A chaque fois, je tombe de haut. Plus rien n’est pareil. Et la fois d’après, je recommence. Comme une camée en manque de drogue, je suis en manque de mes amitiés perdues. A chaque fois, ça fait mal. Et à chaque fois, je reprend une dose.

Heureusement, à côté de ça, j’ai trouvé de nouveaux supers amis. Et même s’ils ne m’ont pas guéri de mes amitiés perdues, ils rendent ma vie plus douce. Mais maintenant, vous êtes prévenus : je m’accroche à mes amis comme une moule à son rocher !

3 Replies to “Moi, 22 ans, camée des amitiés perdues”

  1. Tu m’as fichu les larmes aux yeux. C »est exactement ce que je ressens avec ma meilleure amie dont je t’ai parlé en commentaire dans un autre de tes articles ça fait d’ailleurs un moment que j’ai envie moi aussi d’écrire un truc sur le sujet dans mon blog, il faudrait que je me lance. J’aimerais écrire quelque chose pour qu’elle se reconnaisse sans que les autres la reconnaisse car je souhaite conserver son identité. Encore faut’il qu’elle passe par mon blog aussi…

    1. C’est ce que j’ai essayé de faire aussi, en lui envoyant le lien de mon blog par Facebook après une longue réflexion. Et la réponse n’a pas forcément été à la hauteur de ce que j’espérais. Alors on passe à autre chose. Les gens viennent et sortent de nos vies, c’est comme ça. Heureusement que certains restent, et il faut juste se concentrer sur ceux-là. Bon courage à toi 🙂

      1. Ô je suis vraiment désolée pour toi que tu n’ai pas eu la réponse que tu espérais. Dans ce cas là en effet vaut mieux passer à autre chose, mais c’est toujours plus facile à dire qu’à faire …
        Pour parler de choses plus gaie j’organise un concours sur mon blog si tu souhaites y participer c’est par ici: http://milunenounou.blogspot.fr/2015/08/concours-de-la-rentree-produit-du.html

        Bonne soirée.

Laissez un commentaire